Si j’avais l’argent…

Posted on juillet 6, 2010

0


Deux génies, deux personnes que j’admire, l’un pour son génie dans la finance, l’autre pour son génie dans l’informatique, deux personnes exceptionnelles viennent par leur récente action de m’épater encore plus que jamais. J’ai nommé Mister Warren Buffett et Mister Bill Gates! Ces deux Américains, milliardaires de leur état (47 Milliards USD pour Warren et 53 Milliards USD pour Bill) ont eu la grande idée d’offrir chacun, de leur vivant, la moitié de leur fortune à des œuvres de charité.

Warren et Bill se sont mis d’accord pour garder juste ce dont ils auraient besoin et distribuer le reste pour combler les besoins de la société! Même avec la moitié qu’il leur reste chacun il y a moyen de bien vivre jusqu’à la mort et d’assurer le besoin de plusieurs générations de leur descendance! Mais ils ne s’arrêtent pas là, ils ont pris l’engagement de convaincre d’autres milliardaires de faire la même chose et de récolter 600 milliards USD, the $600 billion challenge!

Je me demande s’ils trouveront des milliardaires africains à convaincre. Et pourtant, des milliardaires y en a en Afrique. En ce qui concerne le Togo, différentes estimations attribuent quelques milliards USD à la famille Gnassingbé, héritage de feu Eyadéma. A en croire les diverses estimations, cette fortune représente trois à quatre fois la dette du Togo et on peut légitimement se demander d’où elle provient sachant qu’avant d’accéder au pouvoir Eyadéma n’était qu’un simple soldat. Mais dans un pays délabré où la misère est grande, qui oserait faire la fine bouche si Faure décidait de donner la moitié de cette fortune pour combler les besoins du peuple, mettre en place les infrastructures urbaines et rurales, promouvoir l’éducation des jeunes, assurer l’accès aux soins de santé à tous, payer la dette de l’état, etc… On peut toujours rêver hein? Oui mais l’argent peut-il redonner la vie à tous les cadavres qui ont jalonné son chemin pour accéder et asseoir son pouvoir? L’argent peut-il redonner de la dignité à ceux qui ont été torturés, gazés, bastonnés? L’argent peut-il servir à mettre en place des institutions démocratiques qui garantissent la liberté individuelle, le droit d’entreprendre, la bonne gouvernance?

Je me console en me rappelant une chanson que nous fredonnions dans les rangs de l’école à Lomé « Si j’avais l’argent mon ami, je bâtirais une maison… » et dont j’ai oublié le reste des paroles.  Qu’à cela ne tienne, si j’avais l’argent mon ami, je bâtirais une île sous forme de palmier au large du Togo et j’y inviterais des togolais sélectionnés pour leur intégrité et leur probité morale pour y construire une nouvelle nation nommé Detia!

6 Juillet 2010

Publicités