100 patates!!!

Posted on juillet 16, 2010

0


Sheyi Emmanuel Adebayor, l’enfant terrible du football togolais, le striker a frappé! Il réclame 100 millions fcfa au titre de dommages et intérêts à des journalistes pour des articles désobligeant mêlant affaires de femmes, affaires de fiesta, affaires de rivalité masculine, affaires d’état! Hum je m’arrête là car je n’ai pas 100 patates à donner s’il m’attaque en justice, l’ex-gunner semble avoir la gâchette facile!

Allez mon cher Sheyi, je comprends ton irritation par rapport à cette histoire. On m’aurait mêlé à une affaire pareille que j’aurais aussi pété un câble. Quoi moi, cité dans un petit journal togolais?  Je mérite un vrai tabloïde londonien, un journal qui diffuse des millions d’exemplaires par semaine et pour qui 100 millions fcfa (152.000 eur) est une sinécure! Mais mon cher Sheyi, Lomé n’est pas Londres. A Londres les tabloïdes tirent quotidiennement des vrais-faux scandales de la Tamise. A Lomé, Togba la lagune regorge de vrais cadavres et on finit par être blasé car les coupables courent toujours. Alors il faut bien que les journaux du pays se mettent quelque chose sous la dent pour survivre et apporter un peu de sexe, amour et pouvoir dans cette morosité politico-sociale!

Eh oui mon cher Sheyi, ce n’est qu’un petit journal de Lomé, en mal de sensation. Au pays, y a pas de boulot et on se débrouille comme on peut pour gagner un misérable sou pour nourrir la famille. Alors les journaux qui publient tout et n’importe quoi pilulent. Au pays, tout va mal et certains  journaux s’en donnent à coeur joie dans la manipulation et la désinformation. Y en a même sur Internet et pas des moindres, certains ayant même un statut très officiel de la république! Y a aussi des gens qui sont devenus spécialistes dans  la lecture commentée des gros titres à sensation, nos amis ivoiriens les ont nommés les titrologues! On se lève le matin, on boit son zogbon (bouillie de maïs) avec un botokoin (beignet sucré) puis on s’attroupe devant les kiosques à journaux pour commenter les titres sans même lire le contenu de l’article.. Ne me demandez pas quel est le business-model, mais peut-être que les vendeurs de journaux leur font une rétrocession sur les commissions de vente… La mode arrive même sur Internet pour les plus vernis, on se lève le matin, on boit sa tasse de citronnelle avec un bâton de sakomi (baguette de pain), on s’installe devant son écran d’ordinateur, on se connecte sur Facebook pour commenter les statuts sur les murs…! Je me joins à mes amis de Facebook (je leur fais un pouce) pour plaider coupables mais pas responsables! Nous condamnons avec véhémence la publication de fausses nouvelles et le monnayage des commentaires!

Pour en finir avec notre affaire, je ne suis ni juriste ni spécialiste de la déontologie des médias mais je crois, mon cher Sheyi, que tu aurais pu simplement faire appel aux hautes autorités de l’audio-visuel et de la presse avec à la clé un retrait de licence si la partie adverse est reconnue coupable, demander au tribunal une condamnation symbolique avec obligation de publier la condamnation et un mea culpa dans les journaux. Je crois que c’est exagéré de réclamer 100 patates même si c’est pour les verser à des œuvres de charité! Je crois que Sheyi Adebayor ne doit pas donner l’impression de servir de complice ou de bourreau dans une république bananière qui cherche par tous les moyens à museler la presse indépendante! Je crois que si une telle condamnation passe, ce sera la fin des journaux indépendants et la fin définitive de la liberté de la presse au Togo car plus aucun journal indépendant ne publiera plus jamais un filet osé!

16 Juillet 2010

Post Scriptum: Mea culpa, j’ai été victime de titrologie, ce n’est pas un journal mais une radio… mais cela ne change rien à l’esprit du billet.

Publicités