La tentation de la haine

Posted on novembre 18, 2010

0


Ce documentaire titré « La tentation de l’émeute » passé la semaine dernière sur Arte commence par des plans sur des jeunes qui tentent de définir ce qu’est une émeute, ils s’appellent Moussa, Mara, Ibrahim, etc., et sont tous d’origine africaine. On a le reflexe d’éteindre la télé, d’accuser ce documentaire de stigmatiser une communauté ! Quoi de plus banal nos jours en France, après le débat avorté sur l’identité nationale, les lois d’exception de Nicolas Sarkozy visant à retirer la nationalité française « à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d’un policier ou d’un gendarme », après les dérapages du bouffon Eric Zemmour (le pseudo-intello médiatique qualifié récemment d’ « attardé de la colonie » par Jean-Christophe Rufin l’ancien ambassadeur de France au Sénégal), qui déclarait récemment sans ambages que « la plupart des trafiquants sont noirs ou arabes », puis revu et corrigé quelques temps après «90 à 95% des mineurs délinquants sont noirs ou arabes ».

Passée cette première indignation infondée, ce documentaire se révèle très profond sur l’analyse de la situation de jeunes français d’origine étrangère qui ne trouvent pas leur place dans la société française, déracinés et aux prises avec la violence, les problèmes d’éducation, de formation professionnelle et de chômage mais surtout un rapport très conflictuel avec les forces de l’ordre. Ils ont la haine et on est tenté de partager leur haine face à l’injustice et la provocation dont ils disent faire l’objet de la part de ces hommes et femmes en uniforme qui sont sensés donner l’exemple. Je me rappelle comme si c’était hier, d’une fouille au corps agrémenté de propos humiliants sur le quai du métro parisien un jour pendant ma seule et unique année de séjour en France, pour seul délit d’avoir été, vraisemblablement dans les cameras de surveillance, observé faire 2 ou 3 aller-retour à la recherche de ma carte de métro perdu en descendant d’une rame. Les flics français et une certaine catégorie de français ont un réel problème de considération pour les allochtones, et ceci est exacerbé par le conflit de générations et la propension au repli sur soi. La France, autoproclamé pays des droits de l’homme n’est-elle pas capable d’assumer la multi-culturalité d’une société désormais et irrémédiablement métissée et gérer ses enfants issus d’horizons divers qui sont français et n’ont pas d’autres patries ?

Quel contraste avec ce reportage (http://www.rtbf.be/info/monde/benin/des-jeunes-belges-sortent-d%E2%80%99ippj-pour-cooperer-au-benin-22-270569) de la télévision belge RTBF dans lequel on présente le projet « Les pieds sur terre » qui jette un pont vers l’Afrique, en particulier le Bénin, avec des séjours dits de rupture pour aider de jeunes belges à sortir de l’engrenage de la délinquance.  On y présente l’expérience d’immersion de jeunes belges en difficulté ou au passé judiciaire lourd, débarqués dans des villages de la région de Ouidah dans des familles d’accueil et encadrés par des éducateurs sociaux qui s’occupent en même temps et sans différenciation de jeunes délinquants béninois. On y voit l’un participer à un projet de jardin communautaire où sont plantées pastèques et tomates. Ces jeunes belges ne sont ni meilleurs ni pires que les jeunes français du reportage « La tentation de l’émeute », je parie même que ces derniers se sentiraient encore plus dépaysés au contact de l’Afrique! Mon jeune fils ainé, loin d’être un délinquant, en voyant ce reportage a glissé tout penaud à sa maman « ça c’est une mauvaise idée pour Papa… », malicieusement je lui ai répondu « si cela ce produit alors on prendra en compensation chez nous un délinquant béninois, pour lui ce sera vraiment le pied! ». Un tel projet n’est certainement pas la panacée mais on peut y voir une certaine valorisation du tissu social africain. Plus que la rupture culturelle et le dénuement matériel, c’est l’apprentissage de valeurs universelles comme l’humilité, la tolérance, le respect mutuel et la solidarité qui peut faire le succès d’un tel séjour.

Il parait qu’une nouvelle émission titrée « Retourne dans ton pays » a été diffusée hier sur la RTBF, plutôt dans le genre du divertissement, où des personnalités publiques belges d’origine étrangère sont « renvoyées » dans leur pays d’origine. Je suis curieux de regarder cela. Ah ces belges, ils m’épateront toujours pour leur simplicité et leur audace dans l’autodérision. Plutôt qu’être tenté par la haine, à une catégorie de Français j’ose dire « Allez, sortez un peu de chez vous voir du pays et vous nourrir de la culture de la tolérance!»

18 Novembre 2010

Publicités