Marche ou crève !

Posted on juin 5, 2011

0


L’université de Lomé est fermée depuis une dizaine de jours suite à un mouvement de contestation des étudiants. Le 25 Mai dernier, à l’initiative du MEET (Mouvement pour l’Emancipation des Etudiants  Togolais), les étudiants avaient lancé une manifestation sur le campus de l’université de Lomé contre l’application du système LMD (Licence Master Doctorat), le nouveau système éducatif mis en place comme une pale copie de celui en vigueur dans les universités européennes depuis quelques années. Fait troublant, le recteur de l’université fit appel au pouvoir pour venir mater cette manifestation dans un domaine où devrait régner une franchise universitaire qui interdit toute intervention des forces armées sur le campus. Les gendarmes ne se firent pas prier pour faire usage de gaz lacrymogènes et matraques, et on  parle même de séances de fessées publiques ! Arrestation de leaders des mouvements étudiants et fermeture de l’université pour une durée indéterminée par un pouvoir qui, une fois de plus, montre que l’usage de la force est son seul moyen de dialogue. Encore plus grave, le leader du mouvement estudiantin serait réfugié à l’ambassade d’Allemagne suite à des menaces de mort !

Face à une telle situation, on ne peut qu’être révolté par la recrudescence de la violation des droits fondamentaux au Togo de Faure Gnassingbé, rappelant les heures sombres de la dictature d’Eyadéma le père. Et encore à l’époque du père, les mouvements étudiants pouvaient encore relativement s’exprimer malgré les contre-mouvements organisés à la solde du pouvoir par certains zélateurs dont un certain actuel ministre de l’administration territoriale. L’emprise militaro-dictatoriale sur le pays ne justifie pas une telle incompétence devant l’évidence de la situation catastrophique du système éducatif du Togo. On n’est pas obligé de croire sur parole les étudiants qui affirment que le système LMD n’est pas adapté à leur contexte (insuffisance d’infrastructures et du personnel enseignant) mais un gouvernement responsable se doit d’accepter le dialogue, procéder à un audit de l’application du système et comparer à ce qui se passe dans les autres pays d’Afrique francophone pour trouver des solutions.

Hier Samedi, une marche de protestation organisée par les étudiants a été empêchée par les forces de l’ordre sous le prétexte que le mouvement qui a lancé l’appel n’est pas un mouvement autorisé. Il parait que le ministre-colonel de la protection civile était lui-même présent sur place pour démontrer s’il en était besoin le caractère liberticide de la nouvelle loi sur les manifestations publiques. Malgré cela, un petit groupe d’étudiants a profité de la marche hebdomadaire de l’opposition réunion au sein du FRAC pour aller crier leurs revendications. Ainsi finit donc cette semaine qui a aussi connu les mouvements sociaux des médecins et des agents de Togo-Telecom. Le pays va mal et la colère sociale gronde mais face la fuite en avant du  régime aux abois, il n’y a qu’un mot d’ordre pour tous: marche ou crève !

5 Juin2011

Philopédestre

Publicités
Posted in: Togo, Uncategorized