Quand ils sont venus les chercher, je ne me suis pas tu!

Posted on février 3, 2013

2


criLe régime dictatorial de Faure Gnassingbé a saisi le prétexte donné par la vague d’incendies qui a frappé ces derniers jours le Togo (et bien d’autres pays africains) pour lancer une chasse aux sorcières dans les rangs de l’opposition au mépris du droit et des procédures légales.

A ce jour, voici la liste des personnes interpellées, certaines ayant été victimes d’acte de torture psychologique ou physique pour les contraindre à avouer ou dénoncer d’autres.

Arrêtés et illégalement détenus à Lomé :

1°) Gérard ADJA, vice-président de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS), arrêté le dimanche 13 janvier 2013 par des gendarmes du Service de renseignement et d’investigation (SRI) alors qu’il sortait de la messe, détenu en toute illégalité depuis lors à la Gendarmerie nationale, au mépris de la réglementation sur la détention préventive ;

2°) Agbéyomé Gabriel KODJO, président de l’OBUTS, arrêté le mercredi 16 janvier 2013 par des gendarmes du SRI à son domicile où des membres de sa famille ont été violentés, détenu en toute illégalité depuis lors à la Gendarmerie nationale, au mépris de la réglementation sur la détention préventive ;

3°) Suzanne Kafui Nukafu DOGBEVI, militante de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), arrêtée à son domicile dans l’après-midi du lundi 14 janvier 2013 par des gendarmes du SRI, détenue en toute illégalité depuis lors à la Gendarmerie nationale, au mépris de la réglementation sur la détention préventive ;

4°) Christophe Komlan AGBEGNEZI, militant de l’OBUTS ;

5°) Alphonse KPOGO, vice-président de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), arrêté à son domicile le mercredi 23 janvier 2013, à 5 heures du matin, par des gendarmes du SRI, détenu en toute illégalité depuis lors à la Gendarmerie nationale, au mépris de la réglementation sur la détention préventive ;

6°) Jean EKLOU, responsable de l’ANC et Président de la Jeunesse nationale pour le changement (JNC), arrêté par des gendarmes du SRI devant le siège de l’ANC, le 23 janvier 2013, détenu en toute illégalité d’abord à la Réserve de la Gendarmerie à Agoè-Nyivé avant d’être transféré au Camp de la Gendarmerie Nationale à Lomé où il est détenu depuis lors au mépris de la réglementation sur la détention préventive et interrogé sans la présence de son avocat ;

7°) Maurice Kossivi EKLOU, militant de l’ANC ;

8°) Fofo Kokou MIGAN, militant de l’ANC ;

9°) Ayéwa Mathieu ASSOGBA ;

10°) Etienne YAKANOU, militant de l’ANC, arrêté à son domicile, détenu depuis lors à la Brigade de Gendarmerie du Port autonome de Lomé ;

11°) Simon AWOKOU, militant de l’ANC ;

12°) Appolinaire ATHILEY, président de la sous-section ANC de Kodjoviakopé, chauffeur et garde du corps du Président national de l’ANC, Jean-Pierre FABRE, , arrêté par des gendarmes du SRI devant le domicile de ce dernier le vendredi 25 janvier 2013, détenu d’abord à la Gendarmerie nationale avant d’être transféré à la Réserve de la Gendarmerie à Agoè-Nyivé où il est détenu depuis lors en toute illégalité car au mépris de la réglementation sur la détention préventive ;

13°) Taïrou AKPOVI, vice-président de la fédération de l’ANC-Ogou, arrêté par des gendarmes du SRI le dimanche 27 janvier 2013 à Atakpamé, transféré le lundi 28 janvier 2013 à Lomé où il est détenu en toute illégalité depuis lors à la Gendarmerie nationale ;

14°) Tchagnaou OURO-AKPO, député de l’ANC, arrêté à son domicile par des gendarmes du SRI dans l’après-midi du lundi 28 janvier 2013, détenu en toute illégalité d’abord à la Réserve de la Gendarmerie à Agoè-Nyivé avant d’être transféré au Camp de la Gendarmerie Nationale à Lomé où il est détenu depuis lors, au mépris de la réglementation sur la détention préventive ;

15°) Koffi LABANE, chef vigile au Marché de Hédjranawoé, arrêté à son domicile par des gendarmes du SRI le vendredi 18 janvier 2013, détenu en toute illégalité au secret depuis lors à la Gendarmerie sans que sa famille ou un avocat puisse le voir ;

16°) Mohamed LOUM alias Toussaint TOMETY, jeune sympathisant de l’ANC, arrêté et manipulé par la Gendarmerie pour faire de fausses déclarations accusant les responsables et militants arrêtés ;

17°) Hervé SENOU, militant de l’ANC, arrêté et manipulé par la Gendarmerie pour faire de fausses déclarations accusant les responsables et militants arrêtés, porté disparu plusieurs jours après son arrestation ;

18°) Ayawo MIVEGBO, militant de l’ANC, arrêté et manipulé par la Gendarmerie pour faire de fausses déclarations accusant les responsables et militants arrêtés ;

19°) Sena AMAVI, jeune sympathisant de l’ANC, arrêté et manipulé par la Gendarmerie pour faire de fausses déclarations accusant les responsables et militants arrêtés ;

20°) Koffi Sika VONDJOGBE, féticheur ou prêtre traditionnel, arrêté et détenu d’abord à la Direction de la police judiciaire (DPJ) puis transféré à la Réserve de la Gendarmerie à Agoè-Nyivé, subit des pressions de la Gendarmerie pour déclarer faussement qu’il aurait été sollicité pour faire des « préparations mystiques » aux personnes arbitrairement arrêtés sous l’accusation d’avoir incendié le grand marché d’Adawlato, à Lomé ;

21°) Nicolas X, militant de l’ANC;

22°) Maurice Kossivi, militant de l’ANC ;

23°) Ignace X, militant de l’ANC.

Plus de 15 democrates Arrêtés et illégalement détenus à Kara (420 km au nord de Lomé) dont :

24°) Pyabalo Aimé KAMING, arrêté à Kara dans la semaine du lundi 21 au dimanche 27 janvier 2013 et détenu en toute illégalité par les services de sécurité, libéré le mercredi 30 janvier 2013 et arrêté à nouveau le jeudi 31 janvier 2013 où il a été déféré à la Prison civile de Kara ;

25°) Birénam BITSIOUDI, dit « Colonel Bits », responsable l’Union nationale des élèves et étudiants (UNEET), arrêté à Kara dans la semaine du lundi 21 au dimanche 27 janvier 2013 et détenu en toute illégalité par les services de sécurité, libéré le mercredi 30 janvier 2013 et arrêté à nouveau le jeudi 31 janvier 2013 où il a été déféré à la Prison civile de Kara ;

26°) Massama Esso AGnité dit « Guillaume Soro », responsable l’Union nationale des élèves et étudiants (UNEET), arrêté à Kara dans la semaine du lundi 21 au dimanche 27 janvier 2013 et détenu en toute illégalité par les services de sécurité, libéré le mercredi 30 janvier 2013 et arrêté à nouveau le jeudi 31 janvier 2013 où il a été déféré à la Prison civile de Kara ; ;

27°) Moukalawa ALINKI, responsable de l’Union nationale des élèves et étudiants (UNEET), arrêté à Kara dans la semaine du lundi 21 au dimanche 27 janvier 2013 et détenu en toute illégalité par les services de sécurité, libéré le mercredi 30 janvier 2013 et arrêté à nouveau le jeudi 31 janvier 2013 où il a été déféré à la Prison civile de Kara ;

28°) MASSAN, responsable l’Union nationale des élèves et étudiants (UNEET), arrêté à Kara dans la semaine du lundi 21 au dimanche 27 janvier 2013 et détenu en toute illégalité par les services de sécurité, libéré le mercredi 30 janvier 2013 et arrêté à nouveau le jeudi 31 janvier 2013 où il a été déféré à la Prison civile de Kara ;

29°) Naboudja NAPO, professeur à l’Université de Kara, arrêté à Kara dans la semaine du lundi 21 au dimanche 27 janvier 2013 et détenu en toute illégalité par les services de sécurité.

Porté disparu :

30°) Kwami MANTI, député de l’ANC, parti en voyage selon sa femme au moment où la police s’est présentée à son domicile pour fracasser les portes et perquisitionner illégalement, sa famille est sans nouvelle de lui et se demande s’il ne fait pas l’objet de séquestration illégale.

3 Février 2013

(Source: Claude Améganvi, Parti des Travailleurs)

Publicités
Posted in: Togo