Un nègre blanc et une vieille griotte pour sauver l’image de Faure Gnassingbé?

Posted on mai 2, 2013

8


La-vieille-Aicha-Kone-chante-Faure-GnassingbeLa polémique a fait rage sur les réseaux la semaine dernière à propos d’un clip video d’Aicha Koné où la chanteuse ivoirienne chante la gloire de Faure Gnassingbé. Il faut débarquer d’une autre planète pour croire un seul mot de cette chanson qui raconte « A Lomé il y a la joie, l’hospitalité, la prospérité, la paix. L’assurance maladie est une réalité, école primaire et césarienne gratuites, Faure merci, merci beaucoup. Faure, il est très difficile de faire la paix que la guerre, mais sois fort ». Nul besoin de s’éterniser sur le cas de cette vieille griotte, car ce n’est ni le premier ni le dernier artiste à se laisser aller dans de telles énormités. Il y a déjà eu Koffi Olomidé avec son couplet «Faure, c’est fort…  Avec Faure Eyadema on est bien, avec Faure Eyadema on est sûr, avec Faure Eyadema on a plus, avec Faure Eyadema on a mieux, avec lui c’est garanti, la paix, les salaires, l’unité, l’emploi, la santé, le lendemain du Togo … ». Bref de vieilles recettes, des sommes d’argent données à des artistes sans scrupule pour faire le chantre d’un autocrate vomi par son peuple!

Dans le même registre, d’autres actions médiatiques ont été déployées par le régime togolais. Le ministre Gilbert Bawara a quasi élu domicile à Paris, passant d’émission en émission sur les chaînes de radio et de télévision. La semaine dernière, un grand publi-reportage a même été publié dans le journal français « Le Point » sur le Togo. Sur la première page du dossier, on peut voir une photo de Faure Gnassingbé (sourire carnassier) avec le titre: « la politique de la main tendue » et le sous-titre « après une longue période de turbulences, le président Faure Gnassingbé semble avoir trouvé la solution pour calmer les tensions« . En troisième page, la photo du ministre Gilbert Bawara (sourire de la vache qui rit) avec le titre « Le conciliateur » et le sous-titre « Gilbert Bawara, ministre de l’administration territoriale et homme de confiance du président, joue l’apaisement du pays par le tenue d’élections et la décentralisation« . A la fin du dossier se trouver un encart de conclusion signée par le manitou blanc Jean-Michel Metthey, le braconnier de la com’ institutionnelle (surnommé par un journal sénégalais), qui affirme qu’avec ContourGlobal, le Togo est l’un des rare pays en Afrique sur la voie de l’indépendance énergétique!

Jean-Michel MettheyIci aussi rien de nouveau, Jean-Michel Metthey est connu comme le nègre blanc, le conseiller en relation publique pour de nombreux hommes politiques et certains chefs d’États africains. Il a officié au Gabon pour Ali Bongo Ondimba, au Ghana pour John Evans Atta-Mills, en Guinée pour Moussa Dadis Camara et Alpha Condé, en Mauritanie pour Ould Abdel Aziz, au Niger pour Mahamadou Issoufou, au Congo pour Joseph Kabila, et récemment au Sénégal pour Macky Sall. La méthode est simple, des pages de « communiqué » achetées dans des journaux de référence comme Le Point ou Le Figaro, servent à vanter le mérite du donneur d’ordre, pour un budget allant de 50 mille à 100 mille euro. Et pour ce montant, l’équipe de nègres de Jean-Michel Metthey ne va pas dans la dentelle, il faut blanchir tout ce qui est noir au risque d’être ridicule.

Là encore, il faut débarquer d’une autre planète pour ne pas savoir que le Togo est en pleine crise sociopolitique, avec des manifestations du Collectif « Sauvons le Togo » et des grèves de la Synergie des Travailleurs du Togo. Comble du cynisme, ce dossier tombe juste quelques jours après le meurtre gratuit de deux élèves mineurs à Dapaong pendant des manifestations de soutien aux enseignants en grève. Dans ce contexte, attribuer le titre de « pacificateur » à Gilbert Bawara relève aussi de la pure comédie, à moins que le terme pacificateur ne soit emprunté à dessein du célèbre film où George Clooney jouait au baroudeur aux méthodes peu orthodoxes. Enfin, pour le nègre blanc Jean-Michel Metthey, le Togo devient subitement auto-suffisant en électricité avec  l’installation de Contour Global alors même que les délestages sont toujours fréquents à Lomé et qu’une bonne partie de la population de l’intérieur du pays ne dispose même pas d’accès au courant électrique!

Faure Gnassingbé et son entourage ignorent qu’à l’heure d’internet et des réseaux sociaux, l’information circule vite, toute tentative de manipulation est vite démasquée et se retourne contre son auteur. C’est de par cette ignorance qu’ils gaspillent les deniers publics dans des pratiques archaïques et improductives. Quel disc-jockey osera passer ce misérable morceau d’Aicha Koné? Au mieux cette chanson passera en boucle sur des chaînes d’état. De la même manière, quel décideur économique sérieux perdra son temps à lire les pages de Jean-Michel Metthey dans le Point? Au mieux ces pages serviront à emballer les tasses et les cadres photos lors des déménagements. Rien à faire, l’image de Faure Gnassingbé est médiatiquement pourrie! Après son arrivée au pouvoir sur fonds de génocide, ceux qui ont voulu donner une chance à sa jeunesse ont vite déchanté ces deux dernières années: mauvaise gouvernance, violation des droits de l’homme, bilan économique catastrophique, crise sociale sans précédant! Y a rien à faire, ce n’est pas un nègre blanc et une vieille griotte qui aideront à lui sauver la face, seul lui peut tirer les conséquences idoines de la défiance que lui voue le peuple togolais dans sa grande majorité. Le fera t’il? Son dernier discours à la nation du 26 Avril 2013 montre qu’il s’enferme dans une logique digne d’un autiste.

 

Phil-communicateur

2 Mai 2013

Publicités
Posted in: Togo